Luttes interprofessionnelles

Communiqué des syndicats CGT du Puy de Dôme

Communiqué départemental issu de l’Assemblée Générale des Syndicats Cgt du Puy de Dôme, réunie le 29 mars après-midi, à Clermont-Fd.

La loi Travail doit être retirée définitivement !

Près d’une centaine d’appels à la grève sont recensés à ce jour sur le département pour le jeudi 31 mars ; des entreprises et services sont annoncés “à l’arrêt”.

L’Union Départementale Cgt 63 confirme que la journée d’actions et de grève interprofessionnelles du 31 mars sera d’une rare ampleur, notamment à travers la manifestation proposée à Clermont-Fd, par l’intersyndicale Cgt, FO, Solidaires, FSU et UNEF, pour le retrait de la Loi El Khomri.

Le gouvernement entêté et inféodé au MEDEF, doit retirer sa copie et entendre nos revendications. Ce projet de loi a été voulu et écrit pour le patronat, par le patronat. C’est une trahison qui ne peut que nourrir toujours plus la désespérance sociale, alimenter les idéologies de haine. Ce gouvernement fait le lit du pire à venir.

D’ores et déjà, l’Union Départementale et les syndicats Cgt du Puy de Dôme décident de s’engager dans la suite de cette mobilisation, notamment le mardi 5 avril, avec une nouvelle journée nationale de grève et d’actions revendicatives et le samedi 9 pour des manifestations sur le département.

La multiplication des actions interprofessionnelles et dans les entreprise est indispensable pour la poursuite et l’amplification de la mobilisation jusqu’au retrait du projet de loi El Khomri.

La Cgt se déclare disponible auprès de l’ensemble des salarié-e-s, précaires, retraité-e-s, et auprès de la jeunesse. Quoi qu’il arrive, le 1er mai 2016 sera une étape supplémentaire de la lutte.

Dans la période, les militant-e-s syndicaux doivent agir auprès du plus grand nombre de salarié-e-s, par la diffusion, les discussions, réunions ou assemblées. Nos revendications doivent être portées au débat, expliquant et renforçant notre opposition à cette loi régressive. Le renforcement du syndicalisme est également un enjeu pour gagner, par la syndicalisation et la création de syndicats dans les entreprises.

Sans attendre, les syndicats sont appelés à multiplier les Assemblées Générales dans les entreprises, avec la grève, les actions et la reconduction des mouvements à l’ordre du jour.

Là ou ce n’est pas encore fait, les dispositions doivent être prises pour qu’aucun-e salarié-e ne soit empêché-e d’agir. Les contraintes imposées, impactant le droit de grève des salarié-e-s, nécessitent le dépôt de préavis adéquats selon les secteurs, pour couvrir l’action rapidement et dans la durée.

Enfin, la vigilance collective est de rigueur face à la répression anti-syndicale. Défendre ses droits ou son emploi n’est pas un crime, pourtant des militant-e-s et salarié-e-s subissent chaque jour des attaques ou des pressions. Il n’y aura pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales.

La loi Travail doit être retirée définitivement.

Les propositions de la Cgt, pour construire le Code du travail du 21ème siècle, augmenter les salaires, réduire le temps de travail, etc., permettent de répondre aux besoins sociaux, aux problématiques du travail, de l’économie et de l’environnement.

Retrouvez les tracts départementaux, nationaux et les outils disponibles.

Consultez le plan de la manifestation du 31 mars

 

Perspectives de mobilisations contre la Loi travail

L'intersyndicale du département s'est réunie ce jour, comme prévu.
Elle se réunira de nouveau vendredi 25 mars à 10h00, à l'occasion d'une conférence de presse.

Après le 9 et le 17 mars, les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF du département confirment la nécessité d'amplifier la mobilisation.

L'intersyndicale appelle donc l'ensemble des syndicats du département à construire, avec les salarié-e-s et les retraité-e-s, les prochaines actions annoncées les 22, 24 et 31 mars.

  • le mardi 22 mars, les étudiant-e-s et lycéen-ne-s se donnent rendez-vous dans la rue, dès 10h00 devant la Fac de Lettres, Boulevard Gergovia. Toutes les forces disponibles doivet être présentes, pour soutenir et amplifier la mobilisation ;
  • le jeudi 24 mars, s'appuyant sur le communiqué national unitaire du 17 mars, nos organisations appellent à construire les arrêts de travail dans le privé et le public et à participer à la manifestation clermontoise, rassemblement à 10h00, à la Fac de lettres ;
  • le jeudi 31 mars, les appels à la grève se multiplient déjà dans le public et le privé. La manifestation partira de la Place du 1er mai, rassemblement dès 10h00. D'ores et déjà, nous pouvons assurer que la mobilisation sera d'une rare ampleur.

    Lire la suite : Perspectives de mobilisations contre la Loi travail

31 mars 2016, grève et manifestation contre le projet de loi El Khomri

Depuis le 9 mars, le rapport de forces contre le projet de loi El Khomri, dite loi travail, ne fait qu’augmenter.

Soyons toutes et tous en grève et manifestation contre ce projet de loi scélérat dès le 31 mars, pour montrer aux politiques que nous sommes conscient-e-s d'être les premiers concerné-e-s par cette nouvelle trahison.

Issu des exigences du MEDEF, pour uniquement satisfaire le MEDEF, le projet de loi El Khomri ne doit pas passer. Il vient en « bouquet final » de toute une série de lois qui ont toutes rogné sur nos droits, chèrement acquis par le passé et qui régulent notre société : ANI 2012 de flexibilisation de l’emploi, Loi Macron, loi Rebsamen, mais aussi loi Santé, et toutes les réformes territoriales. 

À chaque fois, c’est le vivre ensemble, nos services publics, nos conditions de travail qui sont saccagés au profit de la rente, des actionnaires, du grand patronat et du microcosme politico-médiatique.

Aujourd’hui c’est le Code du travail, garant de l’égalité entre les salarié-e-s partout sur le territoire, qu’ils veulent mettre à mort.

Soyons toutes et tous en ordre de bataille ! Nous nous donnons rendez-vous jeudi 31 mars 2016 à 10h place du 1er Mai à Clermont-Ferrand. Soyons toutes et tous en grève et manifestation !

Ni amendable, ni négociable, retrait de la loi travail !

 

 

Manifestation étudiante et lycéenne contre le projet de loi travail

Mardi 22 mars 2016, nouvelle mobilisation contre le projet de loi El Khomri.

Les organisations et coordinations de jeunesse maintiennent la pression. Ils étaient près de 2000 ce matin dans les rues de Clermont à manifester contre le projet de loi travail.

Les jeunes ont raison de se lever contre ce projet de loi. Ils ont bien compris, malgré les sarcasmes des "spécialistes" sur les antennes, que le projet de loi El Khomri va directement les toucher. Les jeunes sont nombreux/ses à travailler pour financer leurs études et sont les salarié-e-s de demain. La modulation du temps de travail, les baisses de salaire, les facilités de licenciement économique, l'inversion des normes au moins disant, la barémisation des indemnités prud'hommes, le fractionnement des heures de repos, etc. sont autant de motivations pour la lutte.

Jeudi 24 mars, plusieurs appels à la grève ayant été lancés dans le département, la mobilisation sera un ton au dessus avec la participation de salarié-e-s, à l'appel des organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF. Rappelons que le 24 mars sera présenté en Conseil des ministres le projet de loi.

Ce nouveau rendez-vous sera suivi par l'AG des syndicats CGT du département, organisée mardi 29 mars de 14h à 18h, salle Victor Hugo (centre commercial Auchan, Clermont Neyrat) et le rendez-vous de grève et manifestation du 31 mars prochain. Retrouvez le 1er tract départemental et l'expression intersyndicale.

Vous pouvez consulter notre compilation des appels à la grève, outils d'analyse du projet de loi et d'articles de presse dans notre fichier partagé.