Environnement Recycling / CGT suite et certainement pas la fin ! Syndicalistes... pas voyous !

Rassemblement devant le tribunal de Montluçon, le 11 mai 2016

« Casser du militant », briser des élans sociaux, créer des peurs, la répression syndicale reste un des moyens patronal pour freiner le développement de l’action syndicale. Ainsi, certains militantes et militants de la CGT, de par leur engagement, sont traité-e-s comme des délinquant-e-s.

Depuis 2013, la CGT de l’Allier avec son Union Locale de Montluçon, dénonce avec courage et détermination les conditions de travail scandaleuses de près de 200 salariés de l’entreprise « Environnement Recycling ».

Ne nous y trompons pas, la dénomination est trompeuse et l’entreprise, si elle est spécialisée dans le recyclage de matériel électronique, se préoccupe moins de « l’environnement » des salariés et de leur santé au travail que le titre pourrait le laisser entendre.

Lire la suite : Environnement Recycling / CGT suite et certainement pas la fin ! Syndicalistes... pas voyous !

Pétition contre la fermeture totale de la ligne SNCF vers le Mont Dore

La ligne SNCF Clermont-Ferrand - Le Mont Dore est grandement menacée de fermeture totale.

Deux ans après la fermeture de la ligne Clermont-Ferrand - Laqueuille - Ussel - Limoges, c'est une nouvelle attaque pour le Service Public Ferroviaire en Auvergne qui plane.

En novembre 2015, la Direction Régionale SNCF Auvergne a fait le choix de fermer la ligne du Mont Dore au service voyageur et bientôt, ce sera au tour du dernier client FRET de devoir choisir le transport par camion.

Pourtant, du potentiel existe sur cette ligne. Tout d'abord au niveau voyageur avec les cures thermales, la station de ski du Mont Dore et le tourisme vert.

Lire la suite : Pétition contre la fermeture totale de la ligne SNCF vers le Mont Dore

Loi travail : Début des débats parlementaires

Mardi 3 mai s'engagent les débats sur le projet de loi El Khomri à l'Assemblée nationale.

Après près de deux mois de mobilisations de grèves et de rassemblements revendicatifs, le gouvernement ne semble pas disposé à retirer ce projet de loi, régressif comme jamais : retour de près de 100 ans en arrière ! Le code du travail a toujours eu comme rôle et objectif de protéger les salarié-e-s dans le rapport de subordination qu'ils/elles entretiennent avec leur employeur. Le code du travail pose un cadre égalitaire entre tou-te-s les salarié-e-s de tou-te-s les entreprises du pays, il est garant des droits des salarié-e-s et garant de l'emploi. Or le projet de loi El Khomri établit que les droits des salarié-e-s seront soumis au bon fonctionnement de l'entreprise et plus l'inverse.

Dès aujourd'hui, interpellez vos élus départementaux. Envoyez leur des courriers, des mails ; appelez leurs permanences, interrogez les : comptent-ils voter ce projet de loi et ainsi tourner le dos aux engagements qu'il et elles ont pris ? Un modèle de courrier est disponible au téléchargement. Dans le département du Puy de Dôme, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., s'est prononcée contre le projet de loi travail, ainsi qu'Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Nous devons interpeller Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., membres de la majorité socialiste. De même, interpellons les Sénatrice et Sénateurs du département : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

À la contestation sociale s'ajoute la contestation citoyenne, avec le mouvement Nuit Debout. Les habitant-e-s de près d'une 60aine de villes dans le pays se retrouvent ainsi pacifiquement tous les jours, à initier des actions ; dans le Puy de Dôme, l'une d'entre-elles a permis d'obtenir le relogement de familles avec enfants de moins de trois ans, mises à la rue par le Conseil Départemental, par exemple.

La complémentarité et la convergence entre la lutte sociale que nous continuons de mener et les initiatives citoyennes de Nuit Debout est un atout et le gouvernement l'a compris.

C'est pourquoi la violence de la pression et répression policière va crescendo, de jours en jours. Même à Clermont-Fd, où chacune de nos manifestations se déroule dans de très bonnes conditions de sécurité, grâce notamment aux Camarades de la CGT organisé-e-s dans les cortèges, les premières violences policières ont eu lieu vendredi 29 avril.

En effet, des militant-e-s de Nuit Debout sont intervenu-e-s lors du Conseil municipal de Clermont-Fd, pour rencontrer le Maire et savoir pourquoi il a demandé à la préfecture de démonter leurs structures, alors qu'ils sont sur la place de Jaude depuis le 9 avril dernier. Ces citoyen-ne-s, pour la plupart clermontois, ont été sorti-e-s violemment de l'Hôtel de Ville par la Police Nationale (sur demande du Maire de Clermont), à grand renforts de taser et gaz lacrymo ; des vidéos visibles sur le net sont éloquentes. Lors de cette évacuation violente, disproportionnée mais calculée et dans la dynamique de la répression au niveau national, un Camarade élu CGT de l'Allier a été arrêté, accusé d'avoir blessé à l'arcade un policier. Il est passé en comparution immédiate et attend aujourd'hui son jugement le 26 mai prochain en prison !! Nous communiquerons sur ce sujet très rapidement.

Diviser le mouvement social, manipuler les foules par un retour d'information déformé focalisé uniquement sur des violences de manifestant-e-s, telle est la façon dont est expliquée la loi El Khomri aux citoyen-ne-s. Les expressions des Camarades de la CGT Police sont à lire et partager massivement : www.police.cgt.fr

Télécharger le tract de l'Union Départementale

1er mai de lutte contre le projet de loi travail

Le 1er mai 2016 s'inscrit dans la lutte contre le projet de loi El Khomri.

3 jours après la journée de grève et de manifestation du 28 avril, des cortèges sont organisés au 4 coins du département :

  • Clermont-Fd à 10h30, place Delille,
  • Issoire à 11h, place de la République,
  • Riom à 10h30, devant la poste,
  • Saint Eloy les Mines à 10h, à l'entrée sud de la ville,
  • Thiers à 10h30 place de la Mairie.

La première manifestation du 1er mai s'est déroulée en 1886, il y a 130 ans. Les syndicats américains appelaient à la manifestation pour la journée de 8 heures cette année là.

Aujourd'hui en 2016, les salarié-e-s français se battent contre le retour de la journée de 12h induite par le projet de loi travail.

Téléchargez le tract de l'UD,

Téléchargez le tract de l'UD en noir et blanc

Téléchargez l'affiche, signée Coco, dessinatrice à Charlie Hebdo entre autres.

L'intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-UNEF du Puy de Dôme appelle à un 28 avril de grève et de mobilisation !

MANIFESTATION LE 28 AVRIL 

10H30, PLACE DU 1ER MAI

À CLERMONT-FD

La date du jeudi 28 avril a été proposée par l'intersyndicale nationale comme prochain rendez-vous de grève et de manifestation contre le projet de loi travail, ou projet de loi El Khomri. Rappelons que celui-ci sera soumis aux débats de l'Assemblée nationale, dès le 3 mai à venir.

Les nouveaux amendements au texte, apportés par la commission des affaires sociales de l'Assemblée la semaine dernière, donnent le ton : le gouvernement reste sourd aux grévistes et manifestants des mobilisations de mars et début avril. Les premières modifications, saluées par l'UPA et la CGPME, faciliteront les licenciements dans les petites entreprises. Manuel Valls ne nous a pas entendu ; mieux, il nous provoque.

Par ailleurs, le 1er ministre a tenté de diviser l'intersyndicale en proposant quelques mesures en direction des jeunes. Ces mesures vont dans le bon sens (prolongation des bourses d'étude pour les jeunes diplômé-e-s par exemple), mais l'UNEF a confirmé qu'elle restera dans la lutte contre le projet de loi travail, jusqu'à son retrait ; hors de question de laisser s'instaurer la loi de la jungle dans le monde du travail, comme prévu dans le projet de loi El Khomri.

Télécharger le tract de l'UD CGT 63

Télécharger le communiqué de l'intersyndicale du Puy de Dôme

Télécharger le tract de l'intersyndicale du Puy de Dôme

Nous recommençons notre compilation de tracts, expressions, articles et outils, dans notre "drive", en cliquant ici

Télécharger le tract 4 pages Confédéral

Emmanuel Macron dans le Puy de Dôme, lundi 25 avril.

Emmanuel Macron sera dans le Puy de Dôme, lundi 25 avril. Comme il doit visiter des entreprises dans le territoire d'Issoire, l'Union Locale CGT d'Issoire appelle toutes celles et ceux qui sont disponibles ce jour à accueillir le ministre pour lui faire prendre la mesure de notre opposition aux politiques en cours.

Rendez-vous est donné à10h00, à Champeix, où le ministre doit visiter le nouvel EHPAD.
L'Union Départementale CGT du Puy de Dôme soutient cet appel : une présence significative des salarié-e-s et de la CGT s'inscrira naturellement dans le processus de mobilisation contre la loi travail.

Lire le tract d'appel (pdf) / A diffuser !

Communiqué des syndicats CGT du Puy de Dôme

Communiqué départemental issu de l’Assemblée Générale des Syndicats Cgt du Puy de Dôme, réunie le 29 mars après-midi, à Clermont-Fd.

La loi Travail doit être retirée définitivement !

Près d’une centaine d’appels à la grève sont recensés à ce jour sur le département pour le jeudi 31 mars ; des entreprises et services sont annoncés “à l’arrêt”.

L’Union Départementale Cgt 63 confirme que la journée d’actions et de grève interprofessionnelles du 31 mars sera d’une rare ampleur, notamment à travers la manifestation proposée à Clermont-Fd, par l’intersyndicale Cgt, FO, Solidaires, FSU et UNEF, pour le retrait de la Loi El Khomri.

Le gouvernement entêté et inféodé au MEDEF, doit retirer sa copie et entendre nos revendications. Ce projet de loi a été voulu et écrit pour le patronat, par le patronat. C’est une trahison qui ne peut que nourrir toujours plus la désespérance sociale, alimenter les idéologies de haine. Ce gouvernement fait le lit du pire à venir.

D’ores et déjà, l’Union Départementale et les syndicats Cgt du Puy de Dôme décident de s’engager dans la suite de cette mobilisation, notamment le mardi 5 avril, avec une nouvelle journée nationale de grève et d’actions revendicatives et le samedi 9 pour des manifestations sur le département.

La multiplication des actions interprofessionnelles et dans les entreprise est indispensable pour la poursuite et l’amplification de la mobilisation jusqu’au retrait du projet de loi El Khomri.

La Cgt se déclare disponible auprès de l’ensemble des salarié-e-s, précaires, retraité-e-s, et auprès de la jeunesse. Quoi qu’il arrive, le 1er mai 2016 sera une étape supplémentaire de la lutte.

Dans la période, les militant-e-s syndicaux doivent agir auprès du plus grand nombre de salarié-e-s, par la diffusion, les discussions, réunions ou assemblées. Nos revendications doivent être portées au débat, expliquant et renforçant notre opposition à cette loi régressive. Le renforcement du syndicalisme est également un enjeu pour gagner, par la syndicalisation et la création de syndicats dans les entreprises.

Sans attendre, les syndicats sont appelés à multiplier les Assemblées Générales dans les entreprises, avec la grève, les actions et la reconduction des mouvements à l’ordre du jour.

Là ou ce n’est pas encore fait, les dispositions doivent être prises pour qu’aucun-e salarié-e ne soit empêché-e d’agir. Les contraintes imposées, impactant le droit de grève des salarié-e-s, nécessitent le dépôt de préavis adéquats selon les secteurs, pour couvrir l’action rapidement et dans la durée.

Enfin, la vigilance collective est de rigueur face à la répression anti-syndicale. Défendre ses droits ou son emploi n’est pas un crime, pourtant des militant-e-s et salarié-e-s subissent chaque jour des attaques ou des pressions. Il n’y aura pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales.

La loi Travail doit être retirée définitivement.

Les propositions de la Cgt, pour construire le Code du travail du 21ème siècle, augmenter les salaires, réduire le temps de travail, etc., permettent de répondre aux besoins sociaux, aux problématiques du travail, de l’économie et de l’environnement.

Retrouvez les tracts départementaux, nationaux et les outils disponibles.

Consultez le plan de la manifestation du 31 mars

 

31 mars 2016, grève et manifestation contre le projet de loi El Khomri

Depuis le 9 mars, le rapport de forces contre le projet de loi El Khomri, dite loi travail, ne fait qu’augmenter.

Soyons toutes et tous en grève et manifestation contre ce projet de loi scélérat dès le 31 mars, pour montrer aux politiques que nous sommes conscient-e-s d'être les premiers concerné-e-s par cette nouvelle trahison.

Issu des exigences du MEDEF, pour uniquement satisfaire le MEDEF, le projet de loi El Khomri ne doit pas passer. Il vient en « bouquet final » de toute une série de lois qui ont toutes rogné sur nos droits, chèrement acquis par le passé et qui régulent notre société : ANI 2012 de flexibilisation de l’emploi, Loi Macron, loi Rebsamen, mais aussi loi Santé, et toutes les réformes territoriales. 

À chaque fois, c’est le vivre ensemble, nos services publics, nos conditions de travail qui sont saccagés au profit de la rente, des actionnaires, du grand patronat et du microcosme politico-médiatique.

Aujourd’hui c’est le Code du travail, garant de l’égalité entre les salarié-e-s partout sur le territoire, qu’ils veulent mettre à mort.

Soyons toutes et tous en ordre de bataille ! Nous nous donnons rendez-vous jeudi 31 mars 2016 à 10h place du 1er Mai à Clermont-Ferrand. Soyons toutes et tous en grève et manifestation !

Ni amendable, ni négociable, retrait de la loi travail !